Notre liste Viroflay c’est Vous pratique le collage éco-responsable, avec pour objectif de limiter au maximum l’utilisation de papier, que ce soit pour nos propres affiches ou pour celles des autres.

Ainsi, nous appliquons les règles suivantes :

– pratique de l’affichage sur panneaux autorisés uniquement (respect de la loi)

– une seule grande affiche par panneau ou deux petites

– pas de collage sur les affiches des concurrents, ni de dégradation de leurs affiches, et nous déplorons toutes les dégradations qu’elles soient sur les affiches, le mobilier urbain, ou autres supports.

– rafraîchissement des affiches décollées ou dégradées uniquement

– ramassage systématique des détritus de collage, y-compris ceux laissés par d’autres

– constitution d’équipages de collage à pied ou à vélo lorsque c’est possible.

La dégradation d’affiches électorales ou de tout support de campagne électorale constitue une infraction à la loi sur la liberté de la presse du 29 juillet 1881, infraction donnant lieu à amende de contravention de 3ème catégorie dont le montant est de 450 € à l’acte. Par ailleurs, ces dégradations volontaires constituent également un acte de vandalisme relevant de la catégorie des délits sanctionnés par le code pénal. L’article 322-1 du code pénal précise que « la destruction, la dégradation ou la détérioration d’un bien appartenant à autrui est punie de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende, sauf s’il n’en est résulté qu’un dommage léger ». Or, les destructions et dégradations de nos affiches en raison de leur caractère volontaire, généralisé, répété, et de l’intention manifeste d’intimidation que ces dégradations illustrent, relèvent de la sanction la plus élevée.
Il ne saurait donc être tolérable que le non-respect de la démocratie perdure à l’encontre de notre liste et de notre liberté d’agir. Les auteurs de tels actes qui sont tombés sous le coup de cette infraction ont tous été jugés et condamnés selon les textes, et la jurisprudence demeure constante. Nous avons donc fait consigner toutes les destructions que nous avons subies et nous nous réservons le droit d’engager des poursuites à l’égard de leurs auteurs.